Contributions diverses au texte fondateur de l'esprit du Bateau des Fous

 

Collectif OFF

Le Bateau des fous est une entité qui peut développer des projets nationaux et internationaux, regroupement de collectifs ou de compagnies, afin de diffuser des projets de marionnettes (ou objets au sens large) encore alternatifs mais d'une qualité indéniable. La volonté de créer un espace scénographique qui permette que le spectacle soit autant sur scène que dans la salle avec les artistes et le public. Une organisation horizontale où nous avons à coeur d'être à la fois organisateur et acteur de l'évènement. Une attention particulière à la gestion des ressources financières, moins d'intermédiaire pour une redistribution directe aux participants. Un lieu de formation continue, passerelle entre amateurs et professionnels, où la polyvalence est encouragée.

 

Compagnie StultiferaNavis

Le Bateau des Fous est un lieu artistique au sein du Festival Mondial des Théâtres de Marionnette qui privilégie la convivialité. Il crée les conditions d'un espace-temps autonome, autogéré et itinérant, qui permet à des artistes non-programmés par ailleurs de présenter leurs spectacles, et de rencontrer le public et les professionnels. A partir d'une organisation de base (programme, sécurité, aménagement), le lieu assume une part d'improvisation, favorisant des croisements et des circulations de gens créatifs qui gravitent autour de la marionnette au sens large. Il est ouvert aux spectacles rodés comme aux formes expérimentales. Il ne vit que grâce aux gens qui le portent et s'y engagent. A chaque fois qu'il accoste quelque part, il joue avec l'âme du lieu qu'il occupe, il mutualise les ressources, se renforce des personnalités qui l'animent, et devient une création en soi. 

 

 

Extraits d'échanges autour de l'esprit du Bateau des Fous 

 

"Le Bateau des Fous n’a pas besoin ni d'un vrai bateau pour exister, comme la péniche où nous avons commencé. Il n'a pas besoin de clé, ni d’adresse fixe, ni d’un local, il n'a pas besoin de s'enfermer entre quatre murs. Le Bateau des Fous, c’est un esprit qui voyage libre, au travers des âmes des gens qui l’ont fait, et le feront encore. Chaque expérience crée des souvenirs qui nous donnent l'espoir que ça renaisse. 

 

Le Bateau des Fous, c’est une énergie qui se propage, une énergie d'hospitalité, afin d’accueillir les artistes comme à la maison, comme des frères et des soeurs, avec le cœur, avec l'âme et tout l’amour possible. L'amour pour la marionnette, et pour l'inventivité des marionnettistes, leur loufoquerie. C’est un espace de confiance où la création devient possible, ensemble, en toute amitié et bienveillance. Et, ce qu'il rend évident, c'est qu'en accueillant les autres, on transforme son propre espace. On l'agrandit d'une certaine manière. 

 

Le Bateau des Fous, dans son fonctionnement, c’est aussi un système, un modèle de débrouille, de bricolage, d’autonomie, d’économie, de mélange des genres et des talents. Comme un spectacle de marionnette. Il bouscule l'institution et les formes qu'elle impose. Il ouvre une autre forme de dialogue entre l'artiste et le spectateur, entre l'artiste et l'organisateur. Les rôles sont flous, fluctuants. C'est un lieu où l’on n’est pas « programmé », mais où chacun est avant tout acteur, participant de l'ambiance générale. Chacun est accueilli, entouré, aimé, pour donner à son tour du plaisir, du corps, de la poésie, pour s'engager et y mettre une part de lui-même, l'animer, l'habiter au mieux. On s’entraide. Et par cet échange-là, on participe à l'événement collectif, on ajoute notre pierre à l'édifice.

 

L'édifice nous voit d'un mauvais oeil. On a l'impression de déranger. Mais il devrait se réjouir: on n'est pas en attente d'être intégré (est-ce que cette année le festival va programmer mon nouveau spectacle?). Au contraire, on se crée soi-même un rôle dans cette histoire (cette année je présente mon spectacle dans un lieu que j'organise avec d'autres compagnies). Et ainsi, on déjoue les pièges de l'institution, qui a tendance à figer les initiatives, à les rendre excluantes, à instituer des règles de compétition. Dans un événement populaire qui peu à peu se fait enfermer au sein d'une logique d'organisation binaire, soit IN soit OFF, où même la rue est gérée, organisée, contrôlée, le Bateau des Fous débarque avec un espace semi-libre, semi-organisé, une offre disponible, du last minute, des ajouts surprises... Il faut inventer une nouvelle case dans le panorama général (on le dit lieu Off de Off). Mais ce qui est vraiment important, c'est que ça bouge les cases d'à côté, qui doivent s'adapter, c'est que ça redistribue les cartes, et ça interroge les pratiques du métier et le rapport au public. 

 

Le Festival de Charleville est une sorte de grande foire populaire, un peu comme les foires du Moyen-Âge. La marionnette vient de là, de cette effervescence, de ce magma grouillant, et pour qu'il continue à vivre et à attirer des artistes et du public, il faut qu'il garde un côté organique, mouvant, surprenant. Il faut qu'il continue à chercher et à inventer des formes qui n'existent pas car c'est cela qui a fait et fera encore son succès. Il ne doit pas se conformer à ce qui existe déjà. Il doit se différencier. A l'image de l'art pauvre et inventif qu'il défend, il doit faire de ses faiblesses des forces. C'est ce qui s'est passé avec l'histoire du logement des artistes chez l'habitant. Dans les années 60, quand le festival est né, la ville ne disposait pas de structures hôtelières suffisantes pour accueillir tout le monde. Alors les habitants ont offert leurs chambres d'amis, leurs canapés, tissant des liens d'amitié qui ont contribué à faire de l'événement un moment exceptionnel d'échange et de rencontre. Un moment de retrouvailles toujours très attendu. Le succès est venu de cette capacité à rebondir, à contourner un vrai problème par un élan d'amour et de simplicité. C'est cela qui porte le Bateau des Fous. C'est cet esprit qu'on aime dans le Festival Mondial et dans les arts de la marionnette. Créer un espace-temps qui rend possible les rencontres imprévues, la convivialité, et qui va au-delà du rapport classique des spectateurs dans les gradins et des artistes sur scène, au-delà de la réservation trois mois à l'avance des billets et de l'organisation professionnelle qu'il faut déployer pour en profiter. Le Bateau des Fous ouvre le temps du spectacle, parce qu'il crée des conditions d'accessibilité et de confiance telles qu'on peut abolir cette distance. 

 

Le Bateau des Fous, pour moi, c’est donc un lieu rempli de tout ça à la fois: une énergie d'amitié et d'amour qui peut s'exprimer au-delà des rapports imposés, une manière de faire qui peut transformer l'état de fait, la création collective d'une alternative qu'il est possible de faire naître et renaître. C'est une utopie qu'on rend réelle. 

 

Longue vie au Bateau des Fous !"

Julie LINQUETTE

 

 

 "Chers amis, c’est avec grande joie et admiration que nous recevons votre surprenante, intelligente, lumineuse, proposition de poursuivre le Bateau des Fous sous d'autres formes, dans d'autres lieux et temps.

 

La réflexion que nous avons eu pendant le bilan moral, bien que courte, a été dense de raisonnements sensés, porteuse d'une vision du théâtre qui se relie aux sources profondes de sa nécessité d’ existence.

 

Personnellement, comme je vous ai exprimé, je suis restée particulièrement frappée par votre engagement, votre enthousiasme, votre grand professionnalisme pour gérer le lieu, comme si c’était votre lieu, avec le même soin et attention. Car c’était votre lieu!

 

La dimension collective que vous avez apportée, avec votre capacité de définir vos rôles, en les respectant et en les menant toujours à terme avec bonne humeur était plus qu'admirable: Pierre et sa capacité chronométrique de gestion technique, Agnès et sa formidable précision quotidienne dans les comptes, Anne dans la coordination et sa présence artistique multiple, Gill avec son énergie contagieuse et sa multidisciplinarité, Marie pour la magnifique scénographie - quelle émotion de voir la cour du 49 transformée en bateau!, Nina dans la fatigante gestion du bar menée avec le sourire pour tout le monde jusqu'au but, Marie O avec toute sa beauté et sa présence calme et fiable, Théo avec sa sympathie, ironie nécessaire, son oeil vigilant…sans oublier tous les autres...

 

Le Bateau des Fous représente une expérience dont nous sommes orgueilleuses. Il s'est agi d'une ouverture de la Compagnie sur le monde, sur la ville, sur les gens.

 

Parce que le Bateau des Fous, depuis ses premiers événements, a été un endroit dans lequel l’esprit de la création a été placé au centre. Il ne s’agissait donc plus seulement d’un lieu pour la Compagnie, (initialement nous pensions investir l'agence immobilière comme un espace pour la Compagnie avec un atelier et un bureau) mais ouvert au monde.

 

En cette année beaucoup de personnes, d’artistes, de public, d’amis, sont entrés et ont respiré l’esprit du Bateau, et chacune a laissé son souffle lumineux.

 

En cette année, Vincent a été un pilier qui a permis que le Bateau puisse avancer avec tout l'engagement et le courage nécessaire : il a été une présence irremplaçable, une personne qui a mis à disposition ses forces et son enthousiasme avec générosité totale.

 

 

Il ne s’agit pas simplement de remercier, c’est quelque chose de plus profond…Il s’agit d’un pacte d’amitié et de confiance qui va jusqu’au fond de l’âme, qu'il faut garder désintéressé et pur.

 

Maintenant Le Bateau, comme une créature vive, pourrait être pris en main par vous,  en tant qu’idée, esprit, endroit de l'utopie, de l'imagination et de la lutte continue nécessaire pour faire exister ce que de plus beau et délicat, puissant et unique l'homme possède: l'esprit de la création, de l'art, de la poésie. Et tout cela en contact étroit avec la réalité humaine, avec les personnes avec toute leur diversité et richesse. C'est votre sagesse, votre expérience même de collectif qui peut l'assurer.

 

Qui, si non vous? Pour nous c’est un honneur et une joie immense de voir qu'un de nos fruits mûrit et devient graine, prêt à germer ailleurs, mais avec les racines bien solides dans tous les lieux de son origine. Je dis lieux, car la Compagnie StultiferaNavis, ce projet errant de création qui a traversé l'Europe entre la France et l'Italie, depuis toujours se caractérise pour sa multi territorialité; L'Aquila, Charleville, Milano… combien de voyages et de départs, d’abordages, d’enlevés d'ancres, combien de lieux vécus et transformés…

 

L'esprit du Bateau des Fous était présent depuis la création du premier spectacle, le Bateau Bleu, ce fou spectacle qui a vu fonder notre communauté autour d'une idée de voyage, de traversée, de recherche d'un territoire, de contagion créatrice, d'aide réciproque, de folie désespérée et joyeuse en vouloir croire dans la possibilité curative que le théâtre possède pour l'âme humaine.

 

Le Bateau Bleu racontait l'histoire d'un Bateau des Fous, (StultiferaNavis c'est le mot latin qui signifie Bateau des Fous) à la dérive dans le Méditerranée, où un minuscule groupe d'hommes et de femmes poussait son cri d'espoir vers le monde: que l'art, la poésie, la musique, le théâtre ne fussent jamais mis en exil, confinés dans une réserve, enfermés dans une prison, isolés en forteresses, mais que tout cela fut toujours accueillis par la société comme le sel du vivre ensemble, comme la plus précieuse monnaie d'échange, comme le miroir de la richesse, diversité, intelligence, sensibilité de l'être humain.

 

Maintenant, ce passage de témoin, ou mieux, ce vouloir porter le témoin ensemble, vous et nous, nous fait revenir aux racines les plus profondes de notre parcours, au sens que nous avons voulu donner au choix accompli de consacrer la vie à la création.

 

J'espère ardemment de vous rencontrer plus souvent et plus intensément, de me laisser impliquer dans votre énergie, et dans votre folie, d'apporter toute mon énergie, de partager fatigues et joies, de grandir ensemble, avec le respect et la confiance réciproque totale que l’on doit absolument avoir quand on affronte une traversée en mer : et qu’elle est belle et grande la mer que nous avons décidé de sillonner!

 

Grazie di cuore, compagni di viaggio!"

Alessandra AMICARELLI

 

Bilan moral

 

Alessandra : Démonstration d’un engagement profond, de vie et de théâtre. Donne envie de croire à cette façon de faire, organisée, responsable et joyeuse. Plus qu’un merci, je suis admirative et reconnaissante !

 

Agnès : Merci. Occasion d’être dans un lieu super ou tout avait été bien géré en amont, orga comme prog. Flattée d’avoir participle à cet évènement.

 

Gil : Bravo beau boulot, on s’est regalé ! Cette façon de faire c’est l’avenir de notre métier. Il faut savoir vendre des saucisses et pas penser seulement à sa gueule, être ensemble techniciens et artistes, sans distance. On est dans le retour du chapeau. Inverser la tendance.

 

Kevin : Au début pas facile de se trouver une place. Mais après c’était chouette. Ça m’a fait du bien. Je serais ravi de vous revoir pour d’autres aventures.

 

Julie : Relous tous ces planning et pourtant indispensables. Mais tout de même: vive l’inattendu ! On est des ressources les uns pour les autres. Magnifique, magique, miraculeux, prodigieux, meilleur lieu que j’ai monté, j’ai presque peur d’en monter un autre car celui là était le top.

 

MariO : Merci à tous ! Encore une nouvelle experience qui consolide ce qui s’est déjà fait. Merci Vincent pour l’accueil chez toi. Vivement la prochaine !

 

Pierre : Merci à tous. Techniquement ça s’est bien passé. Super content d’avoir bossé avec Vincent parce qu’il envoie du lourd. Bravo à Seb. Beaucoup de stress qui aurait pu être évité en prépa. Il faut travailler dans la confiance.

 

Seb : Je me suis bien amusé. De bonnes nouvelles rencontres. Un stage intensif de formation DIY. C'est culotté de monter un lieu en le laissant tourner par un groupe. Epaté de la qualité et de l'ambiance. On a réussi a fidéliser des spectateurs. Prog éclectique, grand écart permanent, énergie qui se sent et se voit.C’est très important de faire ça.

 

Vincent : Expérience humaine formidable. On a su se prendre en dérision. Très belle prog. Imprévus supers dans la prog aussi. Lieu tout petit, pas si évident à gérer parce qu’on était nombreux. Succès et bonne humeur. Merci !!!

 

Théo : Bonne équipe polyvalente. Bonne entente.

 

Anne : c’était super. Le lieu existait depuis 1 an, grand défi; bon arrangement. Je crois au fonctionnement collégial, au fait de travailler de manière transversale, c’est fatiguant mais c’est une façon particulière, jouer et organiser au même temps c’est fascinant, artistiquement, on rencontre vraiment les gens. Il faut continuer cette façon de faire. On est déjà structuré en tant que collectif avec un engagement réel. C’est cette expérience qu’il faut transmettre. Esprit de démarrage simple, comme à l’origine du festival. Je n’ai pas la référence du passé, il n’est pas question de détrôner quelque chose, mais d’inventer quelque chose, de défricher d’autres terrains. Des formes d’avenir. Savoir comment on gagnera son beefteck, on le sait pas, chacun se débrouillera comme d’habitude. Alliance des contraires. On est pas dans le contrepouvoir, on enlève juste des barrières, on essaye d’enlever les peurs, il faut continuer à croiser nos différences. Encourager ce genre d'expérience de vivre ensemble.

 

...

 

Un projet porté par la

 

 

 

 

 

 

 

lebateaudesfous@gmail.com  

 

La Compagnie est ponctuellement soutenue par: